Le 11.04.2018

Le service sanitaire des étudiants en santé

Le service sanitaire sera mis en œuvre dès la rentrée 2018 pour les 47 000 étudiants en santé . Les agences régionales de santé co-présideront, avec les recteurs d’académie, le comité régional du service sanitaire pour déterminer en région la stratégie visant à assurer la mise en œuvre du service sanitaire et en coordonner le pilotage.

Objectifs : prévention et décloisonnement

L’instauration d’un service sanitaire pour tous les étudiants en santé (médecine, pharmacie, odontologie, maïeutique, soins infirmiers et masseur-kinésithérapeute) s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de santé dont le premier axe est de mettre en place une politique de prévention et de promotion de la santé. Porté conjointement par le ministère des Solidarités et de la Santé (Agnès Buzyn) et le ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (Frédérique Vidal), le service sanitaire s’adresse à tous les étudiants en santé afin de les sensibiliser aux  enjeux de prévention et de promotion de la santé.

Le service sanitaire formera tous les futurs professionnels de santé aux enjeux de la prévention primaire  par la participation à la réalisation d’actions concrètes  de prévention  auprès de publics identifiés comme prioritaires. Ils interviendront dans des établissements scolaires, lieux de vie, entreprises… sur des thèmes prioritaires de la santé publique (promotion de l’activité physique, information sur la contraception, lutte contre les addictions – tabac, alcool, drogues, etc.). Ces thématiques sont choisies pour leur impact sur la santé, articulées avec les priorités nationales de santé publique et avec les politiques des agences régionales de santé.

Enfin, pour favoriser l’interdisciplinarité, les étudiants des différentes filières en santé travailleront ensemble pour réaliser des projets communs. Ces étudiants se formeront ainsi à la pédagogie, au partage de leurs savoirs pour sensibiliser nos concitoyens à  des comportements favorables à la santé.

« La prévention est une priorité de notre stratégie nationale de santé. L’enjeu de demain, c’est comment préserver son capital santé. Nous formons aujourd’hui nos professionnels aux soins, ils doivent également être imprégnés de la culture de la prévention. » Agnès Buzyn